Archive pour 6 février, 2009

11 mois déjà sans tabac…

drole161.jpg

Je n’ai pas fumé depuis 11 mois, 10 heures et 30 minutes, épargnant ainsi 6’748.76 cigarettes et 1’687.19 €.
Que le temps passe vite avec ses hauts, ses petites victoires et ses bas, ses baisses de moral, d’envies furieuses de fumer de périodes propices à la mini dépression… Bref le sevrage tabagique est un travail sur soi de longue haleine, on se surprend à dire ou faire des choses que l’on n’aurait sûrement jamais dites ou faites en qualité de fumeur lol… Alors non je ne suis pas dépressive mais j’ai quand même senti que j’avais plus les nerfs plus souvent à fleur de peau même si j’ai l’impression de ne plus avoir besoin de cigarettes comme avant… Il y a quelques jours seulement que j’ai enfin osé sortir voir zhom dehors qui fumait pour la première fois depuis que j’ai arrêté de fumer !!! Je le regardais fumer pendant qu’il me parlait, je ne peux pas dire que ça m’a rien fait, après je sniffais la cigarette dans mes cheveux lol, faut être bête quand même, hein !!! Comme quoi on est jamais guérit…

Tous ça pour en venir à cet article qui m’a en effet interpellé à propos de sevrage tabagique et dépression :

Sevrage tabagique : attention à la dépression

Les fumeurs ayant un ou plusieurs antécédents de dépression et qui entament un processus de sevrage tabagique sont connus pour avoir une probabilité de succès inférieure à celle de fumeurs n’ayant jamais souffert de dépression. Mais ont-ils aussi un risque accru de rechute dépressive à la suite d’un sevrage tabagique réussi ?

Les auteurs de cette étude se sont évertués à démontrer si un tel risque existait et si oui, pour combien de temps. Pour cela, 100 patients avec au moins un antécédent de dépression sévère et consommateurs de plus de 20 cigarettes par jour, ont été enrôlés dans cet essai de sevrage tabagique d’une durée de deux mois ; les critères d’inclusion imposaient qu’aucun traitement antidépresseur n’ait été prescrit dans les 6 mois précédents. 76 participants sont parvenus au terme de l’étude : 42 étaient devenus abstinents.

Tous ont été revus trois et six mois plus tard. Le statut d’abstinent tabagique était confirmé par une mesure de la nicotine dans un prélèvement sanguin.

Treize abstinents et deux fumeurs eurent une rechute dépressive sévère durant la période de suivi. Le résultat est donc fort significatif, confirmant l’impression de nombreux praticiens que le sevrage tabagique est un facteur de risque de rechute chez les patients ayant des antécédents dépressifs. Ce risque important de rechute perdure au moins 6 mois après le sevrage.

Un antécédent dépressif ne doit pas dissuader d’engager un processus de sevrage tabagique.

La conclusion de cette étude est pragmatique. La priorité chez un patient dépressif est de le soulager de sa souffrance morale. S’il est fumeur, la phase aiguë et les mois suivants un épisode dépressif ne sont pas une période favorable pour engager un processus de sevrage tabagique. En revanche, à distance de cet épisode dépressif, à condition bien entendu que le patient fumeur soit motivé, un essai de sevrage doit pouvoir être proposé, le praticien devant être particulièrement vigilant quant à la survenue de signes cliniques annonciateurs d’une baisse de l’humeur.

03/02/2002
Adaptation Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique

Glassmann A.H., Lancet, 2001, 357 : 1900-01. Tabac Actualité, n°21, Décembre 2001 (sur e-sante.be)

 

Une ex-future fumeuse

Elféedépressivement vôtrefontaineanimezencopie1.gif

Votez pour cet article 11 mois déjà sans tabac... dans J'ARRETE DE FUMER wikio5

cathy et ses souvenir |
Les zums |
Blog de MARILOU |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Anne, Sébastien, Clément, C...
| Le jardin de Julie
| lenaik