Moi, Julie, 31 ans, blogueuse SDF et mère de deux enfants…

C’est chez Olivier SC, [nouvelle trouvée dans le Monde papier et, donc, reprise par Jean V. dans son article Société: Mère, SDF et blogueuse] (encore lui ?! Et oui, elle est super sa chronique, allez y jeter un oeil) que j’ai appris la nouvelle sur Moi, Julie, 31 ans, blogueuse SDF et mère de deux enfants... dans ET PARTOUT AILLEURS...

Alors même si je ne suis pas très influente et que je ne suis qu’une fille, et c’est aussi avec un temps de retard que je te soutiens à fond à fond Julie, c’est inadmissible, c’est révoltant de voir qu’au 21ème siècle dans un pays soit-disant industrialisé et membre du Gjenesaispluscombien  (bien sûr que je sais c’est pour voir si vous suivez) ou je ne sais quoi d’autre, non seulement on trouve encore des SDF qui ne l’ont pas choisi, parce qu’il existe certes des SDF qui n’ont pas envie de devenir des DF, mais quand en plus dans le lot on y retrouve des enfants… Alors là moi je dis, touche pas aux gosses !!! ‘tain mais que fait Trucmuche ?!

Je n’habite pas Paris et c’est la dernière ville dans laquelle j’aimerais aller vivre mais il est vrai que chacun devrait être libre de pouvoir habiter où son coeur le guide, ce n’est malheureusement pas le cas… Quand on voit le prix des soit-disant chambres de bonnes de moins de 9m², quelle honte, enfin bref je ne préfère pas polémiquer plus longtemps là dessus, mais je vous invite plutôt à aller visiter son blog, un temps de retard.

«Très touchée par ton histoire, je me devais aussi de la relayer ici… J’espère que cela fera bouger les responsables… En effet moi aussi je mesure la chance de pouvoir me loger décemment à un prix raisonnable… Les petits tracas de moïse passent au second plan après ta lecture, ça remet les choses en place… Je te souhaite un fin heureuse à cette aventure qui je n’en doute pas n’a que trop duré…

J’ai connu la précarité plus jeune, pendant un an, pas vraiment SDF mais logeant dans des hôtels miteux payables à la semaine et sans sécurité sociale parce que j’avais moins de 26 ans, que je n’avais pas d’enfants et que je n’avais pas droit au RMI… Mal logée, mal nourrie, sans possibilité de me soigner correctement… Presque 20 ans plus tard je n’ai toujours pas digéré cette période et certains comprennent mal quelques fois ma pingrerie (enfin si on veut c’est une question de point de vue)

Courage Julie»

Et en faisant ma liste au Papa Noyel, je vais lui demander un logement durable pour Julie et pour tous ceux qui n’en ont pas aussi…

Parce que justement je pense aussi à Annie, qui est loin, seule et qui se retrouve sans le sou. Pour suivre le fil, rendez-vous chez Olivier toujours, le point de ralliement…

 Elféeretardement vôtre.

Zut c’est après avoir mis mon article en attente que je me suis rendue compte que le monde avait déjà fait paraitre son article avec presque le même titre, mais tant pis, zut j’ai pas copié, promis, c… C’est venu tout seul…

 


Autres articles

2 commentaires

  1. Annie dit :

    Avec un temps de retard certes et par le biais de mes stats qui montre ce lien arrivant « chez moi » je lis ça avec intérêt, d’autant que je l’ai vécu? enfin pas loin tout saisi etc? à 58 ans, et que mon fils ne m’a plus jamais adressé la parole depuis (sept 99) c’est parce que je ne pouvais pas payer mon chauffage d’une maison pourrie que j’ai pris la poudre d’escampette vers l’Asie ! et maintenant j’essaye de vendre ce que j’en ai rapporté?

  2. Coucou Annie,
    Oui j’ai vu en effet, tes bracelets sont vraiment superbes. D’ailleurs je vais mettre un lien ta boutique et félicitation pour cette initiative.
    Bises elfiques

Répondre