Archive pour 24 septembre, 2008

Des cosmétiques pour bébés dans le colimateur de scientifiques…

Selon des scientifiques du C2DS, les trousses de naissance qui sont distribuées aux mamans dans les maternités contiennent un véritable « cocktail toxique » pour les bébés.

© 2008 AFP

Des scientifiques en guerre contre des produits cosmétiques pour bébés

http://actualite.aol.fr/actualite-france/des-scientifiques-en-guerre-contre-des/article/20080918094650786661368

Des scientifiques –médecins, chimistes, cancérologues– ou directeurs d’établissements de santé sont partis en guerre contre les trousses de naissance distribuées aux mamans dans les maternités, qui contiennent selon eux un véritable « cocktail toxique ».

Les mallettes –comme « la boîte rose », distribuée depuis 50 ans ou « Baby trouss »– contiennent toute une gamme de produits : crème, gel lavant, eau minérale, lingettes, couches…

« On a de fortes présomptions pour nombre de ces produits » et « on n’arrive pas à avoir la preuve de leur innocuité », a souligné devant la presse Olivier Toma, président du Comité pour le développement durable en santé (C2DS) et directeur de clinique.

Selon André Cicolella, chimiste toxicologue, ils contiennent très souvent des parabens, des conservateurs dont certains interfèrent avec le système hormonal.

On y trouve aussi de l’EDTA -acide éthylène diamine tétraacétique-, un stabilisateur de produits qui peut être reprotoxique, ou du bisphénol A, classé au Canada comme substance toxique. Du phénoxyéthanol, qui favorise l’absorption du produit par la peau, pourrait être dangereux pour le système nerveux et le sang. Quant au BHT, il serait suspecté d’être cancérogène, de même que l’aspartame.

nfin l’eau minérale de la mallette est particulièrement chargée en nitrates, selon le Comité.

Pour le Pr Dominique Belpomme, cancérologue, « des doses très faibles de perturbateurs endocriniens peuvent induire des cancers du sein ou de la prostate 30 ans après ». Il a fait valoir aussi que la pénétration par voie cutanée était « celle qui (permettait) la plus grande perturbation de l’organisme » comparativement aux voies respiratoire ou alimentaire, car « la peau ne sait pas détoxifier ».

« Il s’agit d’une situation absolument inacceptable au niveau de la santé publique », a-t-il estimé.

« Nous sommes confrontés à une épidémie de cancers » dont un certain nombre ont leurs origines « dès la gestation », a souligné M. Cicolella, évoquant une hausse des cancers des enfants de 1% par an en Europe. « Il faut agir sur les éléments susceptibles de favoriser cette épidémie ».

Il a regretté la « carence réglementaire » existant en France pour les cosmétiques, accusant les agences sanitaires, et notamment l’Afssaps (agence de sécurité sanitaire des produits de santé), qui ne propose que des recommandations « non contraignantes » en matière de cosmétiques, de « ne pas remplir leur mission ».

« La politique qui consiste à ne pas parler des résultats qui gênent n’est pas acceptable en matière de santé publique », a-t-il dit.

« Les produits cosmétiques pour enfants sont strictement contrôlés », assure pour sa part dans un communiqué la Fédération des entreprises de la beauté (Febea), et l’Afssaps peut en cas de doute « ordonner qu’ils soient immédiatement retirés du marché ».

Les laboratoires Expansciences, fabricants des produits Mustela, ont quant à eux affirmé jeudi n’utiliser dans leurs cosmétiques pour bébés « que des ingrédients qui sont autorisés et dans les conditions d’autorisation ».

Scientifiques et médecins ont noté que même si les industriels assurent respecter les seuils autorisés, le problème est « la répétition des doses » et la durée d’exposition.

Tous ont défendu l’application du principe de précaution et l’arrêt de distribution des mallettes par les maternités ou les cliniques. Ils ont demandé aussi aux autorités de santé de soumettre les produits cosmétiques -dont 80% seraient issus de la pétrochimie- à une Autorisation de mise sur le marché (AMM), comme les médicaments.

Le C2DS a commencé depuis un mois à faire campagne auprès des directeurs d’établissements pour qu’ils refusent ces boîtes, et des industriels pour qu’ils en modifient le contenu. A ce jour, une vingtaine de maternités -sur 600- ne distribuent plus les trousses de naissance.

Voici quelques exemples de produits contenus dans ces boites de naissance offertes par les industriels et que les « personnels de santé », avec toute la caution de leur blouse blanche, distribuent avec bonheur aux mamans dans les maternités :

  • Lingettes pampers : EDTA, phénoxyéthanol
  • Lingettes nivea baby : phénoxyéthanol, méthylparaben, propylparaben ;
  • Lingettes sensitive peau sensible : EDTA, phénoxyéthanol, méthylparaben, propylparaben, éthylparaben, butylparaben, isobutylparaben ;
  • Crème nivea baby nutria sensitive : BHT,phénoxyéthanol, méthylparaben, propylparaben ;
  • Crème nutria sensitive nivea baby : polyquaternium-10, phénoxyéthanol, méthylparaben, propylparaben ;
  • Fluide nettoyant mustela : N°1 des soins du bébé en pharmacie : phénoxyéthanol, méthylparaben, propylparaben, éthylparaben, butylparaben, chlorexidine digluconate ;
  • Base lavante Biolane, pureté douceur : hydroxypropyltetrasodium EDTA, méthylchloroisothiazolinone, méthylisothiazolinone ;
  • Gel très doux corps et cheveux mixa bébé : disodium EDTA ;
  • Mixa bébé : crème hydratante protectrice : propyl paraben, méthyl paraben, …
  • Dire que j’ai fait confiance à une marque vendue en pharmacie pendant des années, ma tante et ma mère l’utilisaient déjà quand j’étais bébé ! Enfin moi je vous parle d’y a plus de 10 ans quand j’ai eu ma grande ! Depuis je me suis bien rattrapée, par exemple, il y a deux jours je faisais le liniment pour la toilette du visage du matin de mes elfillous avant d’aller à l’école et pour une amie, je me suis ravitaillée en eau de chaud (1,10 € les 250 ml) avec mon flacon en verre perso bien sûr lol) pour lui faire ses produits… Bien loin et fini le temps des parabens & co…

    Alors effectivement certains produits vendus en pharmacie et en grande surface sont montrés du doigt par les scientifiques ! Justement payer plus cher des produits beurks à des produits bio, on ne m’y reprendra plus. Les produits bio sont  très réglementés, ils ont un cahier des charges encore plus draconien et surtout ils ne coûtent pas plus chers que certains produits vendus en pharmacie…

    Puisqu’il existe donc des alternatives et des produits sans paraben, sans EDTA, ce sont bien ces produits là qui devraient être mis dans ces valisettes… On trouve bien des petits pots Hipp dans certaines trousses comme le Panier de Maman et Bébé ou la valisette 1.2.3. Baby

    Quand aux produits pour la toilettes des bébés rien ne vaut le bon vieux liniment, mes loulous se débarbouillent avec tous les matins, de l’eau de chaux et de l’huile d’olive bio, 50/50, si ça c’est dangereux, alors les pharmaciens ne devraient plus vendre d’eau de chaux. Pour les plus frileuses le liniment est vendu tout prêt en « pharmacie » et il peut même être prescrit par le médecin et remboursé, profitez-en…

    Un peu d’huile d’amande douce (attention aussi aux allergies aux fruits à coque) ou de jojoba pour masser les petits bouts et du savon d’Alep ou du gel neutre bio pour les laver, une eau florale de néroli pour parfumer tout en douceur et rafraichir, pas besoin de transformer sa maison en petit labo pour cela… Et on ne s’improvise pas sorcière tambouilleuse comme ça non plus, bien se renseigner avant de faire quoi que ce soit c’est comme pour tout…

    Elféechimiquement vôtre

    cathy et ses souvenir |
    Les zums |
    Blog de MARILOU |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Anne, Sébastien, Clément, C...
    | Le jardin de Julie
    | lenaik