Archive pour juin, 2008

Mon défi pour la terre

mondfipourlaterre.jpg

Après m’être inscrite et avoir fait le test j’ai reçu un mail de Défi pour la terre :

Votre Profil : Vite vite, il faut changer !

Votre Score : 3 tonnes de CO2

Aujourd’hui, un Français émet en moyenne 6,6 Tonnes de CO2/an.

A titre d’exemple et pour vous permettre de vous situer, voici quelques équivalences :

Un aller/retour Paris New York en classe économique correspond à l’émission d’environ 2,56 tonnes de CO2 par passager.

3 allers/retours Paris-Marseille émettent environ 1,1 tonnes de CO2 par passager.

1 tonne de CO2 correspond à 4300 km en véhicule particulier de catégorie moyenne (véhicule essence 6 à 10 CV, parcours mixte).

Chaque année, un véhicule particulier parcours en moyenne 13000km. Pour un véhicule diesel, de puissance moyenne (6 à 10 CV), cela correspond à l’émission de 2,72 tonnes de CO2.

Nous vous rappelons qu’à tout moment vous pouvez modifier ces gestes pour aller encore plus loin dans le Défi. Pour cela, il vous suffit :

Soit de vous tester à nouveau :

www.defipourlaterre.org/jemengage/climact

Soit de choisir de nouveaux gestes parmi les dix que nous vous proposons :

www.defipourlaterre.org/jemengage/10gestes

Et puisque le Défi pour la Terre est un acte individuel autant que collectif, vous pouvez à tout moment inviter vos amis et connaissances à le relever eux aussi :

www.defipourlaterre.org/jemengage/impliquezvosamis

A bientôt,

L’Equipe du Défi pour la Terre

Je peux faire mieux je sais mais c’est déjà bien !!! 

Je vous ai montré mon défi pour la terre alors si vous ne l’avez pas déjà fait, à vous de me montrer le votre et pas de triche !!

Rendez vous sur : www.defipourlaterre.org

Elféeterrement vôtre

 

Ridan – objectif terre

Rhôô suis pas très optimiste en ce moment ! La raison c’est peut-être qu’à l’heure où j’écris ce billet, ben il ne fait pas beau depuis un moment et que le moral ne suit pas… N’empêche qu’elle est quand même très belle même si pas très optimiste !!

Edit : depuis le temps est revenu au beau fixe et le moral aussi et c’est tant mieux !

http://www.dailymotion.com/video/x5iusv

Elle pleure, elle pleure,
Elle pleure ma planète !
Elle sent que sa fin est proche
Et ça la rend folle !
Dites-leur, dites-leur,
Dites-leur qu’ils sont fous !
(Pourquoi tu pleures ?)
La Terre en a ras le bol un point c’est tout !

Aujourd’hui j’ai de la chance
Je suis encore là
J’vais pouvoir voir le ciel encore une fois
L’air pur ici aussi se fait si rare
Que même les clébards disent
Qu’il y en a marre !
De respirer cette merde à pleins poumons
Tout ça pour qu’un petit con
Gagne des millions
Tu sais que notre vie de chien nous suffit bien
Pas besoin de choper
Le cancer des êtres humains
Nous paierons cher sans doute votre insolence
Vous jouez avec ce monde par négligence
Les frontières de vos cartes n’y feront rien !
Cette Terre n’est pas à nous
Vous le saurez bien

Elle pleure, elle pleure,
Elle pleure ma planète !
Elle sent que sa fin est proche
Et ça la rend folle !
Dites-leur, dites-leur,
Dites-leur qu’ils sont fous !
La Terre en a ras le bol comme nous
Elle pleure, elle pleure,
Elle pleure ma planète !
Elle sent que sa fin est proche
Et ça la rend folle !
Dites-leur, dites-leur,
Dites-leur qu’ils sont fous !
(Pourquoi tu pleures ?)
La Terre en a ras le bol un point c’est tout !

(Tu pleures encore ?)

La nature est à moi, je suis sa mère
Vous déchaînerez mes nerfs je serai guère
Qu’elles volent vos maisons au-delà des mers
Vous donnerez des noms à mes colères !
(Badaboum !)
Vous êtes la raison de vos prières
Et vous aurez raison de vos cimetières
Qu’elles jaillissent les eaux
Sur votre espèce !
Vous n’aurez plus conscience
De votre petitesse
Je ferai de vos villes ce bel enfer
Plus chaleureux encore que le paradis
Vous tremblerez de peur dans vos demeures
Car l’homme a fait de l’homme
Cette chose sans vie…

Elle pleure, elle pleure,
Elle pleure ma planète !
Elle sent que sa fin est proche
Et ça la rend folle !
Dites-leur, dites-leur,
Dites-leur qu’ils sont fous !
(Pourquoi tu pleures ?)
La Terre en a ras le bol un point c’est tout !

Elle pleure, elle pleure,
Elle pleure ma planète !
Elle sent que sa fin est proche
Et ça la rend folle !
Dites-leur, dites-leur,
Dites-leur qu’ils sont fous !
(Pourquoi tu pleures ?)
La Terre en a ras le bol un point c’est tout !

Elféeterrement vôtre

La journée d’Enzo, 3 septembre 2012

C’est sur le blog de Lili que j’ai découvert ce texte et ça m’a touché parce que j’ai deux loulous au CP qui ont eu, heureusement pour eux, une super année scolaire mais ce texte m’a un peu comment dire… chamboulée !!! J’en ai mal rien que de penser que mes enfants pourraient vivre ça un jour !!! Je la remercie de me l’avoir fait découvrir et de m’avoir permis de le relayer…

autodidactquestioneverythin.jpgEnzo est assis à sa place, parmi ses 32 camarades de CP. Il porte la vieille blouse de son frère, éculée, tâchée, un peu grande. Celle de Jean-Emilien au premier rang, est toute neuve et porte le logo d’une grande marque.

La maîtresse parle, mais il a du mal à l’entendre, du fond de la classe. Trop de bruit.

La maîtresse est une remplaçante, une dame en retraite qui vient remplacer leur maîtresse en congés maternité. Il ne se souvient pas plus de son nom qu’elle ne se souvient du sien. Sa maîtresse a fait la rentrée, il y a trois semaines, puis est partie en congés. La vieille dame de 65 ans est là depuis lundi, elle est un peu sourde, mais gentille. Plus gentille que l’intérimaire avant elle. Il sentait le vin et criait fort. Puis il expliquait mal.

Du coup Enzo ne comprend pas bien pourquoi B et A font BA, mais pas dans BANC ni dans BAIE ; ni la soustraction ; ni pourquoi il doit connaître toutes les dates des croisades. On l’a mis sur la liste des élèves en difficulté, car il a raté sa première évaluation. Il devra rester de 12 à 12h30 pour le soutien. Sans doute aussi aux vacances. Hier, il avait du mal à écouter la vieille dame, pendant le soutien ; son ventre gargouillait. Quand il est arrivé à la cantine, il ne restait que du pain. Il l’a mangé sous le préau avec ceux dont les parents ne peuvent déjà plus payer la cantine.

Il a commencé l’école l’an dernier, à 5 ans. L’école maternelle n’est plus obligatoire, c’est un choix des mairies, et la mairie de son village ne pouvait pas payer pour maintenir une école. Son cousin Brice a eu plus de chance : il est allé à l’école à 3 ans, mais ses parents ont dû payer. La sieste, l’accueil et le goûter n’existent plus, place à la morale, à l’alphabet ; il faut vouvoyer les adultes, obéir, ne pas parler et apprendre à se débrouiller seul pour les habits et les toilettes : pas assez de personnel. Les enseignants, mal payés par la commune, gèrent leurs quarante élèves chacun comme une garderie. L’école privée en face a une vraie maternelle,  mais seuls les riches y ont accès.

Mais Brice a moins de mal, malgré tout, à comprendre les règles de l’école et ses leçons de CP. En plus, le soir il va à des cours particuliers, car ses parents ne peuvent pas l’aider pour les devoirs, ils font trop d’heures supplémentaires. Mais Enzo a toujours plus de chance que son voisin Kévin : il doit se lever plus tôt et livrer les journaux avant de venir à l’école, pour aider son grand-père, qui n’a presque pas de retraite.

Enzo est au fond de la classe. La chaise à côté de lui est vide. Son ami Saïd est parti, son père a été expulsé le lendemain du jour où le directeur (un gendarme en retraite choisi par le maire) a rentré le dossier de Saïd dans Base Élèves. Il ne reviendra jamais. Enzo n’oubliera jamais son ami pleurant dans le fourgon de la police, à côté de son père menotté. Il parait qu’il n’avait pas de papiers… Enzo fait très attention : chaque matin il met du papier dans son cartable, dans le sac de sa maman et dans celui de son frère.

Du fond, Enzo ne voit pas bien le tableau. Il est trop loin, et il a besoin de lunettes. Mais les lunettes ne sont plus remboursées. Il faut payer l’assurance, et ses parents n’ont pas les moyens.

L’an prochain Enzo devra prendre le bus pour aller à l’école. Il devra se lever plus tôt. Et rentrer plus tard. L’EPEP (établissements publics d’enseignement primaire) qui gère son école a décidé de regrouper les CP dans le village voisin, pour économiser un poste d’enseignant. Ils seront 36 par classe. Que des garçons. Les filles sont dans une autre école.

Enzo se demande si après le CM2 il ira au collège ou, comme son grand frère Théo, en centre de préformation professionnelle. Peut-être que les cours en atelier seront moins ennuyeux que toutes ces leçons à apprendre par coeur. Mais sa mère dit qu’il n’y a plus de travail, que ça ne sert à rien. Le père d’Enzo a dû aller travailler en Roumanie, l’usine est partie là-bas. Il ne l’a pas vu depuis des mois. La délocalisation, ça s’appelle, à cause de la mondialisation. Pourtant la vieille dame disait hier que c’est très bien, la mondialisation, que ça apportait la richesse. Ils sont fous, ces Roumains !

Il lui tarde la récréation. Il retrouvera Cathy, la jeune soeur de maman. Elle fait sa deuxième année de stage pour être maîtresse dans l’école, dans la classe de monsieur Luc. Il remplace monsieur Jacques, qui a été renvoyé, car il avait fait grève. On dit que c’était un syndicaliste qui faisait de la pédagogie. Il y avait aussi madame Paulette en CP ; elle apprenait à lire aux enfants avec des vrais livres ; un inspecteur venait régulièrement la gronder ; elle a fini par démissionner. Cathy a les yeux cernés : le soir elle est serveuse dans un café, car sa formation n’est pas payée. Elle dit : « A 28 ans et un bac +5, servir des bières le soir et faire la classe la journée, c’est épuisant. » Surtout qu’elle dort dans le salon chez Enzo, elle n’a pas assez d’argent pour se payer un loyer.

Après la récréation, il y a le cours de religion et de morale, avec l’abbé Georges. Il faut lui réciter la vie de Jeanne d’Arc et les dix commandements par coeur. C’est lui qui organise le voyage scolaire à Lourdes, à Pâques. Sauf pour ceux qui seront convoqués pour le soutien…

Enzo se demande pourquoi il est là. Pourquoi Saïd a dû partir. Pourquoi Cathy et sa mère pleurent la nuit. Pourquoi et comment les usines s’en vont en emportant le travail. Pourquoi ils sont si nombreux en classe. Pourquoi il n’a pas une maîtresse toute l’année. Pourquoi il devra prendre le bus. Pourquoi il passe ses vacances à faire des stages. Pourquoi on le punit ainsi. Pourquoi il n’a pas de lunettes. Pourquoi il a faim.


Projection basée sur les textes actuels, les expérimentations en cours et les annonces du gouvernement. Est-ce l’école que nous voulons ? Le gouvernement a-t-il reçu un mandat populaire pour cela ? Qu’attendons nous pour réagir ?

 Elféeclassement vôtre

Ma pâte à savon pour les mains faitemaison…

1000636.jpg

Je l’ai appelé comme ça parce vu sa consistance que je ne sais pas trop comment l’appeler et en plus je suis arrivée à cela par accident, comment dire… en l’oubliant au fond de mon placard parce que je trouvais que cela faisait des grumeaux. Je l’ai ressorti  il y a pas très longtemps pour m’apercevoir ce que c’était devenu. Vous allez peut-être le trouver bizarre, mais sous cette forme le savon ne moisit pas ou ne se transforme pas en chose toute gluante et répugnante qui rebute certains à diluer leur savon, tout en restant mou et peut ainsi se diluer à volonté…

Je sais, je sais je suis très très zarbi moi aussi… D’ailleurs je passe pour une gentille sorcière déjantée auprès de ma petite famille avec mes expériences bizarroïdes elles aussi… En attendant, avec ce système-là, je fais des économies et tout le monde se lave les mains avec mon savon liquide qui ne me coûte presque rien comparé aux savons du commerce pas très clean de composition et exagérément concentrés, que l’on met du temps à rincer, qui descendent en un rien de temps et qu’il faut donc renouveler très souvent.

Le principe est basé sur ma lessive liquide faire maison (encore elle nous parle de sa lessive !!!) Et oui les proportions sont les mêmes que pour faire la lessive, il suffit juste de ne pas mettre de cristaux de soude (pas adapté pour le lavage de main, cela va de soi).

On peut aussi garder des chutes et restes de savon, dont la plupart du temps on ne sait pas trop quoi faire, pour cet usage, au moins ça sert à quelque chose… Alors il faut :

  • 1 litre d’eau (si possible filtrée)
  • environ 70 g de savon de Marseille râpé ou en paillettes le plus pur possible ou des chutes de savon
  • 3 cuillères à soupe de bicarbonate de soude

Pour la recette suivre le pas à pas de ma lessive au savon de Marseille sans y mettre les cristaux de soude, on peut donc le faire à l’occasion en même temps que la lessive pour gagner du temps… Ensuite en séchant (pour le temps de séchage, je ne sais pas encore, parce que je l’ai retrouvé bien 6 mois plus tard, mais je pense qu’il ne faut pas attendre si longtemps… Donc si quelqu’un tente l’expérience, ce serait bien qu’il me dise combien de temps il lui a fallu, merci d’avance) cela va faire une pâte blanche comme sur la photo que l’on diluera (dans de l’eau presque bouillante pour que la pâte se dissolve bien) pour faire du savon liquide prêt à l’emploi… Alors mon petit truc en plus, c’est que je dilue assez pour que l’on n’ait pas besoin de se mouiller les mains avant de se mettre du savon, ainsi c’est très pratique pour les enfants qui ont tendance à laisser couler l’eau en se lavant les mains, car là on n’ouvre le robinet que pour se les rincer, malin, non ? emoticone

Elféesavonnement vôtre

Les Ecolos de Benjamin Leduc et Thomas Cabellic

Les Ecolos de Benjamin Leduc et Thomas Cabellic

Les Ecolos de Benjamin Leduc et Thomas Cabellic

+ d’infos ici

lescolos.jpgBon pis comme je leur ai piqué une image pour mon article précédent, j’espère qu’ils ne m’en tiendront pas rigueur… mais le coup de la friteuse, c’était trop beau pour illustrer cet article !!!
Je vous invite aussi à faire un petit tour sur le blog de la série pour y découvrir quelques planches : http://les-ecolos.blogspot.com

lescolos1.jpg

Le premier tome des ECOLOS, aux éditions Clair de Lune, est disponible depuis le 15 mai 2008.

Et pour avoir un petit aperçu, le teaser du premier tome de cette nouvelle série de BD d’humour sur une musique gaie et entrainante de Lionel Pinoteau (http://pinoteau.chez-alice.fr/) :

http://www.dailymotion.com/video/x5n4up

J’espère qu’il y en aura plein d’autres encore… Ah ben le tome 2 est déjà en projet : Benjamin Leduc : Mes projets.

Elféebédesquement vôtre

L’affaire de l’huile frelatée

L’article par lequel le scandale est arrivé :

lescolos.jpgAchetées en Ukraine, 40000 tonnes d’huile de tournesol coupée au lubrifiant pour moteur ont été distribuées en Europe. Et les produits concernés n’ont pas du tout disparu des rayons français. Depuis le 5 mai, de mayonnaise, des plats cuisinés, de la vinaigrette industrielle, des conserves à l’huile, etc… préparées avec de l’huile de moteur sont en vente dans les grandes surfaces. Et ce avec la bénédiction des pouvoirs publics et de la Commission européenne. Bien sur, le consommateur n’a pas été informé… Officiellement, tout commence le 21 avril dernier, quand le groupe Saipol, numéro un français de la transformation des oléagineux et accessoirement propriétaire de Lesieur, prévient la Répression des Fraudes que son usine de Sète, où est raffinée de l’huile de tournesol brute, il y a un sérieux pépin. Une grosse rasade d’huile achetée en Ukraine est farcie à l’ »huile de moteur », huile minérale dérivée d’hydrocarbure. Et pas qu’un peu : d’après nos informations, sur 2800 tonnes d’huile apparemment irréprochable, livrées en France, 19 tonnes auraient mieux fait d’aller graisser des rouages et des pistons que des gosiers. Deux jours plus tard, la France informe officiellement ses voisins européens : cette cargaison fait partie d’un énorme lot de 40000 tonnes, qui a atterri non seulement en France, mais aussi aux Pays-Bas, en Italie et en Espagne. Et c’est tout le lot qui a été trafiqué ! De quoi, pour les escrocs, se faire du beurre : sachant que la tonne d’huile de tournesol brute est vendue 1800 euros et que d’après les confidences d’un fonctionnaire de la Commission européenne, ce sont en tout pas moins de 280 tonnes d’huile de moteur qui ont été introduites en douce dans les containers, les margoulins d’Ukraine ont empoché un bénéfice de 504000 dollars (moins ce qu’ils ont déboursé pour l’huile bidon, certes, mais celle ci coûte des clopinettes). A partir du 26 avril, la Commission européenne et la répression des fraudes rendent publique l’alerte. Officiellement, l’huile de tournesol frelatée mise en bouteilles et les plats préparés à partir de cette mixture ont tous été retirés des rayons et « n’ont pas atteint le consommateur ». Fort bien, mais, au fait combien de lots ont été retirés en tout ? Questionnée par « Le Canard », la DGGCRF, autrement dit, la Répression des fraudes, explique que « compte tenu du nombre d’entreprises concernées, il est impossible d’en connaître le nombre exact ». Chez Carrefour Promodès, enseigne qui possède la moité des grandes surfaces alimentaires en France, on admet du bout des lèvres avoir retiré pas moins de… 200 produits concernés ! Bref, tout baigne. Sauf qu’il reste un léger problème : Saipol, la maison mère de Lesieur (laquelle marque a fait répondre au Canard par son agence de com’ qu’elle n’était « en rien concernée »), a reçu sa cargaison d’huile frelatée fin février. Et n’y a vu que du feu. Jusqu’à ce qu’un mois plus tard un industriel du nord de l’Europe, destinataire du même lot, l’informe après analyse que quelque chose clochait dans l’huile de tournesol ukrainienne. Et ce n’est qu’un mois plus tard que Lesieur a enfin sonné l’alerte auprès de la Répression de fraudes. La question qui se pose est cruciale : combien de produits assaisonnés à l’huile frelatée ont été conditionnés et commercialisés entre-temps ? Saipol reconnait avoir raffiné l’huile en question pour la vendre ensuite à « une trentaine de clients de l’industrie agroalimentaire » Parmi lesquels on trouve Saupiquet, Unilever (propriétaire de Knorr, Magnum, Fruit d’Or, Miko, Planta Fin, Amora…) mais également Carrefour Promodès et Auchan. Ainsi, on peut trouver cette huile de moteur dans des bâtonnets de Surimi, du cèleri rémoulade, de la soupe de poisson en conserve, du poisson pané, des paupiettes de veau, du thon et des sardines à l’huile, mais aussi dans la pâte à tartiner chocolatée, le blé pour petit déj’, les gaufrettes à la confiture, les barres céréalières et sucrées pour les enfants, les cookies et bien sur la mayonnaise, le tarama, la sauce béarnaise et enfin de la sauce vinaigrette », dont il refuse de citer les noms. Mystère et salade verte. […] Mais il y a plus sérieux : contrairement à ce qu’ont d’abord assuré la Commission européenne et les pouvoirs publiques français, tous les produits additionnés d’huile contaminés n’ont pas été retirés des rayons. En effet, le 2 mai, la Commission européenne s’est fendue en catimini d’une recommandation autorisant la vente de tous les aliments contenant moins de 10% d’huile de tournesol frelatée. […] Comme l’admet la DGCCRF dans une note adressée au Canard, le 7 mai, « en l’absence de toxicité aiguë », tant pis pour les mayonnaises et autres petits plats déjà vendus. « Aucun rappel » n’a été effectué. […]
[Le Canard enchainé, 14 mai 2008]

Bon je voudrais pas remettre de l’huile sur le feu parce que j’en ai déjà parlé ici, mais au moins vous avez ici la référence originale… Parce que y’en quand même un truc qui me chiffonne, c’est que je trouve qu’on en parle pas beaucoup de cette affaire, et du coup une autre chose qui me turlupine, c’est combien de choses encore nous sont cachées ??? Pas vous ??:

Aussi je relaye l’info trouvée chez raffa (allez lire ce qu’elle en dit : Huile de moteur dans les produits de supermarchés):

  • !!! PETITION chez les cyberacteurs !!! – 23/06
    Cyber@ction relayant l’appel de la CLCV adressée à DGCCRF, DN Sanco, SAIPOL,Unilever France,service consommateur Lesieur, Saupiquet, Carrefour, Association Nationale de l’Industrie agroalimentaire
    Diffusez largement cette pétition !

Elféehuileusement vôtre

Ô Toulouse, neuf ans déjà loin de toi !!!

Si on m’avait dit un jour que je quitterais ma belle ville rose, j’aurais répondu : « Non, mais t’es pas bien dans ta tête, toi ? » Et pourtant… Et c’est avec regret et tristesse que je m’en suis allée m’exiler pour suivre mon elfe guerrier avec sous le bras notre petite fille agée d’à peine 15 mois… Qui n’a même pas hérité de mon assent de Toulouse emoticone… Ô mon Païs !!!

Neuf ans plus tard c’est toujours avec nostalgie que j’y repense et en allant taguer ma petite sœur, hier, quand j’ai vu son message… Je ne suis toujours pas guérie, ma ville me manque, tout me manque en elle, son assent, sa Garonne, ses quartiers où j’allais traîner, ce petit bout de vieille ville que seuls les habitués connaissent, ses bars à pastisomètre, ses petites boutiques enchanteresses, son soleil, son midi… Que de souvenirs fugaces me traversent l’esprit rien qu’à évoquer ma ville !!! Toute ma jeunesse !!! Et si c’était à refaire, je ne changerais rien de rien !!!

Vieux, jeunes, filles, garçons, homme, femme, grenouille de bénitier ou triple con, chaque toulousain porte en son cœur sa ville rose et quel est celui qui ne connaît pas et n’aime pas la chanson mythique de Nougaro, celui-là n’est pas ou n’est pas digne d’être toulousain… Ho !!! Je sens que je vais me faire des ennemis, là !!! emoticone

Je suis née à Toulouse, je suis toulousaine, fière de l’être et je le resterai encore et toujours même à des milliers de kilomètres… Toulousaine, un jour, toulousaine, toujours !!! A la vie, à la mort !!! A corps et à coeur perdu !!!

Superbe hommage à tous les expatriés du monde entier, tiens et une petite pensée pour Claude Nougaro, j’étais pas sa plus grande fan mais avec le temps j’ai appris à apprécier ses superbes poésies elféeburlesques…

Et c’est les larmes aux yeux que ma petite soeur m’y a fait repensé cette semaine, ça fait 5 ans pour elle… Deux expatriées, deux déracinées !!!

Bisous ma belle !! Je laisse la parole à Claude qui a su si bien retranscrire ce que tout toulousain loin de chez lui ne saurait exprimer !

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Toulouse  Claude Nougaro

Qu’il est loin mon pays, qu’il est loin
Parfois au fond de moi se raniment
L’eau verte du canal du Midi
Et la brique rouge des Minimes

O mon païs, ô Toulouse, ô Toulouse

Je reprends l’avenue vers l’école
Mon cartable est bourré de coups de poing
Ici, si tu cognes, tu gagnes
Ici, même les mémés aiment la castagne

O mon païs, ô Toulouse

Un torrent de cailloux roule dans ton accent
Ta violence bouillonne jusque dans tes violettes
On se traite de con à peine qu’on se traite
Il y a de l’orage dans l’air et pourtant

L’église St-Sernin illumine le soir
D’une fleur de corail que le soleil arrose
C’est peut-être pour ça malgré ton rouge et noir
C’est peut-être pour ça qu’on te dit Ville Rose

Je revois ton pavé, ô ma cité gasconne
Ton trottoir éventré sur les tuyaux du gaz
Est-ce l’Espagne en toi qui pousse un peu sa corne
Ou serait-ce dans tes tripes une bulle de jazz ?

Voici le Capitole, j’y arrête mes pas
Les ténors enrhumés tremblaient sous leurs ventouses
J’entends encore l’écho de la voix de papa
C’était en ce temps-là mon seul chanteur de blues

Aujourd’hui, tes buildings grimpent haut
A Blagnac, tes avions sont plus beaux
Si l’un me ramène sur cette ville
Pourrai-je encore y revoir ma pincée de tuiles

O mon païs, ô Toulouse, ô Toulouse

 

Tendres pensées elféetoulousaines

 

 

Haïku d’été 2 (24 juin 2008)

g6k68rfh.gif

Vole papillon

De fleurs en fleurs nous allons

En cette saison

Haïku d’été 2

Mes elféebulations

(24 juin 2008)

Haïku de la Saint-Jean (24 juin 2008)

796471.jpg

Cueille donc ces fleurs

Qui aux feux de la Saint-Jean 

Porteront bonheur

Haïku de la Saint-jean

Mes elféebulations

(24 juin 2008)

Haïku d’été (24 juin 2008)

morganedebiloww1cadre.jpg

 

Bienvenu l’été

Apporte un peu de chaleur

Saison enchantée

 

Mes elféebulations,

Haïku d’été

(24 juin 2008)

1234

cathy et ses souvenir |
Les zums |
Blog de MARILOU |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Anne, Sébastien, Clément, C...
| Le jardin de Julie
| lenaik